fbpx

Maladie d’Alzheimer : pouvez-vous réduire le risque d’être touché ?

C’est la 2ème peur la plus importante après le cancer. D’après un sondage de la Croix publié en 2017, 66 % des répondants ont peur d’être un jour atteint par cette maladie neurodégénérative. 73 % se disent mal informés sur les comportements permettant de réduire le risque d’être atteint.

En effet, plus de 900 000 personnes sont atteintes en France et le nombre ne cesse d’augmenter.

Quels sont les signes de la maladie d’Alzheimer ?

La maladie se caractérise par la disparition lente et progressive des neurones. Elle commence souvent avec des troubles de la mémoire puis autres fonctions sont touchées.

Les symptômes de la maladie d’Alzheimer

Les troubles s’installent progressivement et peuvent évoluer différemment d’une personne à l’autre.

  • Les troubles de la mémoire : qui se portent plutôt sur des faits récents (le repas pris à midi) qu’anciens.
  • Les troubles des fonctions exécutives : dysfonctionnement des capacités de contrôle et d’adaptation du comportement
  • Les troubles du langage : appauvrissement du vocabulaire
  • Les modifications de comportements : tristesse, anxiété, dépression, agression, inversion des rythmes veille/sommeil, etc.
  • Les troubles praxiques : les gestes de la vie quotidienne deviennent difficiles.

J’ai des trous de mémoire, dois-je m’inquiéter ?

Vous oubliez des numéros de téléphone ? Vous ne vous souvenez plus du prénom de la fille de votre voisine ? Vous avez encore oublié votre téléphone sur la table en partant ? Rassurez-vous, cela arrive à tout le monde ! La fatigue, le stress, le manque de concentration expliquent la plupart du temps ces problèmes.

Cependant, vous trouvez que ça arrive plus souvent ?
Eh oui, ils ont tendance à être plus fréquents avec l’âge. Mais ce n’est pas un signe de maladie pour autant.

Savoir que l’on oublie, c’est plutôt un bon signe !
La plupart du temps, c’est le conjoint ou les proches qui perçoivent les anomalies. C’est donc plutôt l’incapacité à reconnaître ses oublis qui est une caractéristique de la maladie d’Alzheimer. Certains peuvent reconnaître les troubles, mais les sous-estimer ou prendre conscience d’un problème par la modification du comportement de l’entourage à leur égard.

Peu de gens le savent, mais il existe en réalité plusieurs formes de la maladie d’Alzheimer. Les formes dites héréditaires sont considérées comme rares et apparaissent souvent de façon précoce (proche de 40 ans). Pour ces formes, la composante génétique est, de fait, importante.
Cependant, la forme la plus courante touche principalement les plus de 65 ans et atteint 15 % des plus de 80 ans. Les chercheurs ont, ainsi, mis en évidence l’impact de facteurs comme l’environnement, le mode de vie et certains paramètres de santé. Ils influent directement sur l’apparition et l’évolution de la maladie.

 

Réduire activement les risques d’apparition de la maladie ou retarder ses avancées sont possibles

 

Ainsi, l’hypertension artérielle, la sédentarité, la dépression, le diabète, et la prise de certains médicaments seraient corrélés à un risque important. Et il serait possible de prévenir ou retarder certaines démences séniles en contrôlant les facteurs de risque vasculaire.

A l’inverse, la poursuite d’activités physiques, sociales et intellectuelles tout au long de la vie allongerait le délai entre l’apparition des lésions dans le cerveau et la survenue des symptômes.

Le cerveau consomme 20 % de l’énergie du corps alors qu’il ne pèse que 2 % de son poids. Il a besoin d’être correctement irrigué par la circulation sanguine pour être alimenté en oxygène et en glucose. Les facteurs de risque de lésion vasculaire comme l’hypertension artérielle non traitée, le diabète, le tabagisme, l’abus d’alcool, le surpoids… sont responsables d’une sous-oxygénation chronique du cerveau. Préserver ses facultés intellectuelles passe par une bonne hygiène de vie, grâce à la constitution d’une réserve cognitive.

> Découvrez ce qu’est la réserve cognitive

 

Voyons comme les 3 piliers de l’hygiène de vie agissent sur notre cerveau :

Une alimentation saine pour répondre aux besoins du cerveau

Les neurones ne stockent pas donc le taux de glucose dans le sang doit être constant. Il est, ainsi, nécessaire de consommer des féculents. De plus, les tissus cérébraux sont riches en graisses et leurs besoins en lipides sont importants. Les oméga 3 sont indispensables ainsi que les acides aminés apportés par les protéines. Les micronutriments (minéraux, vitamines, oligoéléments) aideront au bon fonctionnement du cerveau. Et pour finir, les antioxydants qui contribuent à la protection des neurones.

Une activité physique régulière pour garantir l’oxygénation

La pratique régulière d’une activité physique est complémentaire à l’alimentation dans la réduction du risque vasculaire. Elle permet ainsi de :

  • tonifier le muscle cardiaque,
  • réguler la tension artérielle qui baisse au repos,
  • stimuler le débit sanguin cérébral et favoriser l’oxygénation du cerveau

Il n’est pas nécessaire d’aller chercher la performance ! 30 minutes d’activité d’intensité modérée par jour au minimum 5 fois par jour sont conseillées.

> En savoir plus sur les secret de l’activité physique

 

Une vie sociale active pour créer de nouvelles liaisons nerveuses

La vie sociale est un excellent moyen de stimuler le cerveau. Quelle que soit l’activité, elle vous pousse à exercer votre mémoire, votre intelligence ou votre sens de l’observation.

De façon général, l’apprentissage et la nouveauté permettent de renforcer la réserve cognitive et l’élasticité du cerveau. L’apprentissage de langues, l’entreprise de nouveaux projets, les voyages sont d’excellents stimuli. L’engagement social ou le travail manuel sont aussi d’excellents vecteurs de nouveauté.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

D'autres sujets à explorer !

Le mot de Confucius

On demanda un jour à Confucius : Qu’est-ce qui vous surprend le plus chez les humains ? Confucius répondit : Ils perdent

Apprenez-En plus sur votre santé en vous inscrivant à la newsletter de Yealth !

×
×

Panier